top of page
Rechercher

Radio divan, pour une psychanalyse populaire #3 : Le corps.

Dernière mise à jour : 16 nov. 2022


Après le désir, parlons des corps.

Les débuts de la psychanalyse et la question du corps


L’on dit facilement que la psychanalyse est un travail cérébral, que l’analyse n’est qu’un flot de paroles continues et que les notions sensorielles, corporelles n’interviennent pas. Sigmund Freud a commencé ses études cliniques sur les personnes hystériques en observant les manifestations inconscientes sur leur corps.

Le corps témoigne de conflits inconscients. Ensuite, c’est en observant l’enfant et l’adolescent et le rapport à leur corps, que le père de la psychanalyse a pu écrire en 1905 ses Trois essais sur la théorie sexuelle et l’on sait combien la sexualité a été fondatrice de la psychanalyse. Et dans Pulsions et destins des pulsions, en 1915 Sigmund Freud traite de la question du corps.


Jacques Lacan et la question du corps


Plus tard, le psychanalyste Jacques Lacan crée en 1936 l’expression stade du miroir. Elle désigne une période comprise entre 6 et 18 mois. Durant cette période, l’enfant construit son identité en « voyant » sa propre image reflétée par le miroir. Françoise Dolto (1908-1988), élabore grâce à la poupée-fleur (1949) la représentation de l’image du corps. En 1962, Pierre Marty (1918-1993) fonde avec Michel Fain, Michel de M’Uzan et Christian David l‘Ecole psychosomatique de Paris.


L’approche psychosomatique, lié la psychanalyse et le corps


Selon l’approche psychosomatique, les affections corporelles (les lésions ou organiques) sont intégrées à un état de mal-être psychique. Le corps somatise une énergie qui échappe à l’élaboration mentale. Quand le psychisme défaille, c’est le corps qui prend la relève. » Cette formule, lue dans le Grand dossier Sciences humaines, Corps esprit les liaisons souterraines paru en 2018, cette formule donc que l’on doit à Jean-Benjamin Stora, ancien président de l’Institut de psychosomatique Pierre-Marty, résume bien l’enjeu de la psychosomatique : observer et comprendre les éventuelles interactions entre corps et esprit. On envisage le rapport entre le corps et l’esprit depuis l’Antiquité, avec les médecins grecs Hippocrate et Galien. Aujourd’hui et notamment au Centre Pierre Marty de psychosomatique de Paris, il est question de trouver un sens symbolique de la maladie somatique.






bottom of page