top of page

Tout ce que je sais , c’est que je ne sais rien

Dernière mise à jour : 15 mai




Apologie de Socrate

Cette citation, telle que nous la connaissons aujourd’hui, est une paraphrase de ce que Socrate a dit, selon Platon. Elle provient du dialogue de Platon intitulé « Apologie de Socrate », qui représente la défense de Socrate lors de son procès pour impiété en 399 av. J.-C.



Statue de Socrate


Découvrir une personne plus sage

L’oracle de Delphes avait déclaré que personne n’était plus sage que Socrate. Socrate, étonné par cette affirmation, entreprend une série de discussions avec diverses personnes réputées sages dans la société athénienne afin de découvrir une personne plus sage que lui. Il découvre finalement que ces personnes prétendent savoir plus qu’elles ne savent réellement.



L'oracle de Delphe


La sagesse réside dans la conscience de son ignorance

C’est dans ce contexte que Socrate conclut que la véritable sagesse réside dans la conscience de son ignorance – en reconnaissant qu’il ne sait rien. C’est ce qu’on a paraphrasé en « Tout ce que je sais, c’est que je ne sais rien ».


La maïeutique

La maïeutique, est une méthode socratique d’accouchement des esprits, c’est-à-dire d’aider quelqu’un à accoucher de ses propres idées en posant des questions astucieuses et en faisant preuve d’ignorance. En se déclarant ignorant, Socrate invitait les autres à réfléchir, à questionner leurs propres croyances et à chercher la vérité en eux-mêmes.  Pour lui, la vérité est en chacun de nous et le rôle du philosophe est de nous guider à la découvrir par nous-mêmes.



une réflexion


La psychanalyse questionne

Quant à la psychanalyse, fondée par Sigmund Freud à la fin du 19e siècle, elle vise à aider les hommes à comprendre et à résoudre leurs problèmes psychologiques en explorant leur inconscient. Le psychanalyste pose des questions et propose des interprétations pour aider le patient à découvrir ses propres pensées et sentiments cachés. Ainsi, on peut voir un parallèle entre cette approche et la maïeutique de Socrate, dans le sens où l’objectif est d’aider les sujets à découvrir par eux-mêmes ce qu’ils ne savaient pas ou ne reconnaissaient pas auparavant.


Le psychanalyste doit ignorer ce qu’il sait

Jacques Lacan dans ses “Variantes de la cure type” écrit que « Ce que le psychanalyste doit savoir : ignorer ce qu’il sait ». Ce je ne sais rien signifie que le psychanalyste doit prendre chaque cas de sa pratique comme absolument nouveau, comme original. 


L’expérience analytique, c’est l’expérience du nouveau

Le conseil freudien pourrait se traduire par un Surtout ne cumulez pas votre expérience, ne la constituez pas dans l’ordre d’avoir de l’expérience ! En ce sens, l’expérience analytique, c’est l’expérience du nouveau. C’est donc à l’opposé du sens du mot expérience quand on dit avoir de l’expérience. Ça revient à ne pas en avoir, à faire comme si on n’en avait pas.

Que la position savante n’est pas propice à la psychanalyse, il faut le redire tous les jours. Mais il n’empêche que Lacan a conçu en même temps sa fonction, son rôle, comme celui de décrasser cette ignorance 

Comments

Rated 0 out of 5 stars.
No ratings yet

Add a rating
bottom of page